Un Rei, sa ecrit aussi =)

Publié le par Rei Dunamis

Dans le cadre d'un concours dont le thème était "Une battaille" j'ai ecris ceci, pas dans le but de gagner, mais surtout pour tester mes talents d'ecrivains =)

Récit de la mort d’un guerrier

 

Bonsoir voyageurs des abysses, je me nomme Gaël, guerrier, et défunt de mon état, je vous en pris asseyez-vous, prenez le temps d’écouter le récit de ma mort.

 

Nous étions en l’an de grâce 1547 dans le monde de Nibel, j’étais de garde dans une garnison sur le fort de Cin, place forte du royaume de l’Ord, situé au gouffre servant de passage obligé pour pénétrer en territoire Ordien.

Suite à une déclaration de guerre du royaume de l’Hydre, nous attendions à tout moment une attaque, pour cela, ma garnison était en faction sur les hautes tours de Cin, tout un dispositif de défense était en place.

 

            Tout a coup, comme prévu, un grondement sourd se fit entendre, celui tellement connus et redouté par les vétérans, des milliers de sabots et de bottes tapant violemment le sol au fur et à mesure de l’avancée ennemie, nous pouvions entre-apercevoir leur nombres, que dis-je, leur surnombre, mais grâce à la position de notre forteresse, leur nombre les avantageaient moins.

Un tel déploiement de force était inattendu de la part de l’Hydre, ce maudit Samael était donc décidé à en finir cette fois ci, il a du envoyer toutes ses troupes pour cette ultime bataille qui changera à jamais l’avenir de Nibel.

            Les armée hydride avançait vite, et bigrement efficacement, les tours avancées ne firent pas long feu, ne causant que peu de dommages, puis ils vinrent ce heurter aux murs de pierres dressés pour les ralentir, et définissant également les limites de la portée des balistes, ses terribles machines de guerre permettant d’envoyer des rocher de plus de 2 mettre de large a plus d’une centaine de mètres.

Bientôt des rochers de la taille d’une vache vinrent s’écraser sur les rangs ennemis, causant, eux, de lourde perte et les firent reculer, des béliers et des mages sortirent des rangs, les béliers commençant leur œuvre de destruction et les mages celle de protection, avec de puissant sortilège de boucliers magique, si bien que les rochers ne faisait que se désagréger au contact de cette barrière magique.

Le temps que l’Hydre pénètre les murailles, les troupes Ordiennes eurent le temps de s’affaisser à la défense de leur terre, où nombre d’entre eux avait un foyer qui les attendait, je fut parmi ceux là, situé à peu près au centre dépêché à la dernière minute, j’avais quitté mon poste sur la tour pour me retrouver au sol, entendant les bruits sourds produit par le choc des béliers contre le mur, et par le grésillement étrange des rochers se désagrégeant.

           

Nous attendîmes une quinzaine de minutes, fort heureusement pour nous, ils n’avaient pas d’armes à distances, tout a coup, un violent bruit nous annonçait l’écroulement de la muraille, puis un second, un frisson d’excitation et parfois de peur parcourût alors les troupes, la bataille allait s’engager, les plus hardis d’entre tous commençaient déjà à courir au front, prêt à mettre leur vie en jeu pour défendre notre patrie.

Le choc des armes fût violent, la charge des cavaliers fût une horreur de sang et de violence, les flèches de nos archers fusaient et firent de nombreuse victime, mais malheureusement, les soldats périssant furent bien vite remplacés dans les armées Hydriques, mais nos soldats ne l’étaient pas, ce qui nous obligeait à reculer.

            Je croyais que rien ne pouvait être pire que cela, mais je me trompais, une horde de gryphons Hydriques obscurcissait déjà le ciel de leurs ailes noires, la lance des gryphoniers s’abattant tel la grande faucheuse parmi nos troupes déjà mal au point …

Mais il nous restait un atout, un atout qui se préparait depuis les premiers grondements, un atout qui pourrait bien retourner la situation a notre avantage !

            J’entendit tout a coup le roi Memnoch, monté sur son dragon d’argent crier de toute sa puissante voix :

« A l’assaut ! »

Le cri de notre roi bien aimé nous redonnait le courage de se battre, quel meilleur destin que de mourir au combat pour défendre notre chère patrie ? !

Bientôt des milliers de dragonniers envahirent le ciel et vinrent combattre les gryphons, les soldats hydriques terrifiés par la vue de ses majestueux êtres nous laissèrent alors un temps de flottements, nous en profitions alors pour relancer la bataille au sol, j’arrivais enfin au front, dégainant mon épée, et criant de toute la hargne que pouvait posséder un père de famille :

« Pour l’ord ! »

Des milliers de voix firent écho à la mienne :

            « POUR L ‘ORD ! »

Mon épée vint se fracasser contre le casque d’un soldat hydrique, tandis que je me démenais à tuer tous les ennemis que je voyais j’apercevais au loin de longue gerbe de flammes ravageant les rangs ennemis, signe que les dragonniers ont pris l’avantage fasse aux gryphoniers.

Quand je croyais que l’espoir de vaincre s’amenuisait chez les troupes ennemies, une funeste rumeur parvint à mes oreilles :

            « Samael est en route ! »

           

Samael, Samael le Cruel, Samael le tyran, Samael le dictateur, Samael le conquérant, ce roi maudit avait revêtis son armure noire et avait enfourché un gryphon aussi noir que les ténèbres elles même …

Le combat faisait toujours rage au sol et dans les cieux, j’entendais la chute de nombreuses bêtes venant du ciel, écrasant les malheureux se trouvant en dessous, une gerbe de feu vint décimer la dizaine de soldats devant moi, un dragon vint se poser et m’ordonnât de prendre la place de son cavalier mort, n’hésitant pas même une demi-seconde, j’enfourchais ce noble animal et pris la lance harnachée à la selle de la bête mythique.

La sensation de liberté due au vol était grisante, mais je repris rapidement mes esprits à la vue du combat faisant rage au sol, de la haut je put voir la violence des combats, et put également distinguer dans les rangs des deux armées de puissants guerriers faisant de nombreuses victimes, ou de groupes de guerriers s’alliant pour faire plus de ravage, c’était là que je devais viser, j’ordonnais au dragon grâce aux harnais, le dragon compris la manœuvre et crachait les flammes de l’enfer sur les assaillants.

Un gryphonnier vînt intercepter un deuxième assaut de mon dragon, une bataille aérienne s’engageait entre lui et moi, j’ordonnais au dragon de monter haut dans les cieux en direction du soleil, aveuglant ainsi mon adversaire, prenant appuis sur la selle, je décochais alors une flèche, visant entre les deux yeux du mécréant, elle fit mouche, à peine mon adversaire tué, j’entendais de grandes détonations, et bruit de fer qui se croise, une bataille aérienne avait également commencé entre Memnoch et Samael.

La violence des coups porté faisait vibrer l’air les environnant, c’était vraiment deux très grands rois qui se livraient ici bataille pour l’avenir de leurs royaumes, notre bon roi Memnoch avait l’avantage, mais quelque chose clochait, Samael semblait se retenir, j’observais la bataille, décrivant de grands cercles, quand enfin, Le roi maléfique nous fit découvrir son funeste plan, il levât la main au ciel et un gryphonier qui suivait lui aussi le combat vint se placer derrière Memnoch et lui lançai une énorme boule de feu, profitant de la célérité de ma monture, je me hâtais vers la trajectoire de la boule de feu puis, en sautant du dragon, et profitant de mon court apprentissage magique, je créai alors une barrière magique entre Memnoch et le sort, mais ayant mal calculé mon coup, je me retrouvais alors avec la boule de feu se dirigeant sur moi, je me la pris de plein fouet, les derniers mots que je pus crier furent :

 

« Pour ma PATRIE ! »

 

Puis se fût le noir, puis la lumière blanche, j’ère maintenant dans cette zone où les défunts se rencontrent et parle de leur ancienne vie, pour ce qui est de la batailles, je peux vous dire qu’en ayant entendu les récits des autres participants a cette guerre, le royaume de l’Ord a gagné, Memnoch fou de rage à la vue de mon sacrifice aurait tué le mage dragonnier et aurait tué Samael d’un coup de lance bien placé …

            Les troupes hydriques n’ayant alors plus de chefs ont battu en retraite, et ma patrie est sauve …

 

 

            Et vous, quelle sont vos histoires ?

 

 

 

 

 

Par Rei Dunamis

Publié dans Rei Dunamis

Commenter cet article

laetitia 01/04/2008 15:49

o faite ta gagner??

laetitia 01/04/2008 15:49

les Noms me disent quelques choses et c'est trés bien ecrit ;) va pa falloir que tu ai trop de talent toi enfin du moment que tu a pa le talent de fairep leurer ma soeur c bon lol ;) a bientot mister

Sigur 15/01/2008 20:11

Ton histoire est superbe ! Vraiment tu est bon pour la naration ... j'aime trop. Tu a juste fait une faute dans la phrase ou il signale que le bon roi a tuer le "Dragonnier" qui avais lancé la magie sur le narateur. C'est pas un dragonnier mais un griffonier. J'ai tord ? =)